Culture

Comités de lecture

Les membres du comité de lecture "Des livres et vous" se regroupent régulièrement afin de partager leur choix de livres. Se réunissant dans une ambiance conviviale ce dernier a pour but de promouvoir la lecture au sein même des Médiathèques Intercommunales.

Le prochain comité de lecture aura lieu le vendredi 10 juin à 17h30 à la médiathèque intercommunale de Rosières.

Climax de Thomas B. Reverdy
Adultes

Climax de Thomas B. Reverdy

C’est en tant qu’ingénieur géologue que Noah revient dans le village de son enfance, niché au creux d’un bras de mer au nord de la Norvège. Car depuis l’accident de la plate-forme pétrolière Sigurd, une fissure menace le glacier et des poissons meurent. Il retrouve Ana, son amour de jeunesse, ainsi que ses anciens amis qu’il avait initiés aux jeux de rôle.

Commentaire de Philippe

Un village de pêcheur au fond d’un fjord de Norvège. Une troupe de jeunes y a grandi avec des jeux de rôles sur fond de légendes extraordinaires. Ils se sont perdus de vue et se retrouvent dans une situation de changement climatique dramatique, sur fond d’exploitation pétrolière forcenée… Prise de conscience sur le rôle néfaste de l’homme sur la nature.

Note de Philippe : 4/5

Mohican de Eric Fottorino
Adultes

Mohican de Eric Fottorino

Mourant, Brun, fermier dans le Jura, décide d’installer des éoliennes sur ses terres afin d’éviter la faillite et de gommer son image de pollueur. Mo, son fils qui doit hériter, ne supporte pas les bouleversements engendrés par les choix de son père.

Commentaire de Philippe

L’agriculture analysée au fil des années. Le père à qui on a dit de produire pour nourrir les populations et ce, à n’importe quel prix en utilisant les pesticides et amendements chimiques sans retenues et au point d’en mourir empoisonné mais après avoir défiguré le territoire par des éoliennes… Le fils conscient de devoir revenir à des considérations plus respectueuses de l’environnement se veut de changer de pratiques culturales…

Affrontement que l’on connaît dans notre Santerre.

Note de Philippe : 4/5

Liberté dans la montagne de  Marc Graciano
Adultes

Liberté dans la montagne de Marc Graciano

Voyage initiatique d’un vieil homme et d’une petite fille. Au long de leur périple vers l’amont de la rivière, ils traversent des paysages sauvages et croisent des personnages mémorables.

Commentaire de Philippe

Déconcertant ! Errement d’un vieux et d’une petite… Vers où, pourquoi…? L’auteur décrit la vie, la nature dans un style déroutant, avec force vocabulaire et description allant jusqu’à la poésie. Pour et par cela, ce roman est passionnant et vous prend dès la première page dans ses griffes. Rien n’est épargné dans les descriptions parfois trafiques ou en ressort un jeu déstabilisé mais il faut le lire.

Note de Philippe : 4/5

Porca miseria de Tonino Benacquista
Adultes

Porca miseria de Tonino Benacquista

L’histoire des parents de l’écrivain, Cesare et Elena, immigrés italiens arrivés en France dans les années 1950. Il retrace son enfance dans une banlieue parisienne, sa fratrie, l’alcoolisme de son père, ouvrier à l’usine, la douleur de sa mère, éprouvée par l’exil. Il évoque son rapport à la culture et à la langue françaises qu’il s’est appropriées pour assouvir sa soif d’écriture.

Commentaire de Philippe

L’auteur est le dernier né d’une famille d’immigrés italiens. Venu une décennie après les trois sœurs, tout le monde le souhaitait “mort né”. Le père veuf et père d’un garçon séduit et enlève une jeune femme et décide de partir en France. Ouvrier il sombre dans la boisson, elle, a le mal du pays et sombre dans la dépression. Roman qui décrit la difficulté de l’intégration qui peut se faire par la lecture et les grands auteurs et qui conduit Tonino à devenir écrivain.

A faire lire aux enseignants et à nos amis les animateurs des médiathèques.

Note de Philippe : 4/5

Trois, de Valérie Perrin
Coup de cœur Adulte

Trois, de Valérie Perrin

« Je m’appelle Virginie. Aujourd’hui, de Nina, Adrien et Etienne, seul Adrien me parle encore. Nina me méprise. Quant à Etienne, c’est moi qui ne veux plus de lui. Pourtant, ils me fascinent depuis l’enfance. Je ne me suis jamais attachée qu’à ces trois-là. » 1986. Adrien, Etienne et Nina se rencontrent en CM2. Très vite, ils deviennent fusionnels et une promesse les unit : quitter leur province pour vivre à Paris et ne jamais se séparer. 2017. Une voiture est découverte au fond d’un lac dans le hameau où ils ont grandi. Virginie, journaliste au passé énigmatique, couvre l’événement. Peu à peu, elle dévoile les liens extraordinaires qui unissent ces trois amis d’enfance. Que sont-ils devenus ? Quel rapport entre cette épave et leur histoire d’amitié ?.

Commentaire de Sarah

Ouah !!! Un gros coup de cœur pour ce roman. J’adore la plume de Valérie Perrin. Et les personnages ayant mon âge, je me retrouve complétement dans les références de leur jeunesse. Les thèmes abordés sont ceux de la vie : l’amour, l’amitié, la famille, l’école, le mariage, l’identité, la maladie, la mort, la résilience, le pardon… C’est souvent sombre mais tellement juste. Mon seul regret pour ce livre : l’avoir fini trop vite.

Note de Sarah : 5/5

La charmante librairie des flots tranquilles de Jenny Colgan
Adultes

La charmante librairie des flots tranquilles de Jenny Colgan

Mère célibataire, Zoe rêve de quitter Londres pour bâtir une nouvelle vie avec son fils Hari. Sur un coup de tête, elle répond à une annonce pour un emploi dans les Highlands écossais. Elle se retrouve donc sur les rives du Loch Ness, dans un château en ruine à travailler comme nounou des trois enfants d’un homme veuf. Elle se lie d’amitié avec Nina, la libraire.

Commentaire de Sarah

Quelle lecture agréable et rafraîchissante ! Zoé est vraiment attachante, on vit toutes les émotions en même temps qu’elle. On la suit dans sa quête du bonheur. On retrouve des personnages déjà croisés dans d’autres romans de Jenny Colgan.

Note de Sarah : 4/5

La femme au manteau bleu de Deon Meyer
Adultes

La femme au manteau bleu de Deon Meyer

Le cadavre d’une femme nue est retrouvé au col de Sir Lowry à l’ouest du Cap. Un détail intrigue Benny Griessel et Vaughn Cupido, le tandem de la brigade des Hawks chargé de l’enquête. Le corps a été soigneusement lavé à l’eau de Javel. Le mystère s’épaissit lorsqu’il est établi qu’il s’agit d’une Américaine experte en peinture de l’Age d’or hollandais cherchant à localiser des tableaux disparus.

Commentaire de Sarah

Roman court, trop court lorsqu’on aime être emmenée par les auteurs dans des théories, échafauder des hypothèses, se tromper, trembler à chaque rebondissement jusqu’au dénouement final.

Note de Sarah : 2/5

Le sang des Belasko de Chrystel Duchamp
Adultes

Le sang des Belasko de Chrystel Duchamp

Après la mort de leur père, cinq frères et sours se réunissent dans la maison de leur enfance. Les portes se referment sur eux. Avec une terrible révélation…

Commentaire de Brigitte Te

Si vous comptez lire ce livre, ne prévoyez rien à faire, ce thriller est incroyablement addictif. Rien n’est épargné aux lecteurs. Suspense garanti, surprises, angoisses. Les chapitres sont courts et présentent les cinq personnages principaux avec une analyse psychologique des protagonistes. Un cocktail explosif et à la fois machiavélique . Mensonges, manipulations, violences…. Dans le sud de la France, un domaine d’une beauté à couper le souffle, des vignes, un vin fabuleux et une maison de charme appelée la Casa. Tout pour y vivre heureux. Cette demeure, chargée d’histoires, développe une telle aura par son ambiance qu’elle devient un personnage à part entière. Une famille « Les Belasko » vivent dans cette propriété. André, le patriarche profession vigneron, et son épouse ont le bonheur d’avoir cinq enfants : Philippe, Mathieu, Garance, David, Solène. Ils ont tous quitté le nid avec plus ou moins de réussite. André décède et tous reviennent dans le lieu de leur enfance pour se réunir une dernière nuit en vue d’organiser la succession. Un huit-clos haletant au sein de la Casa Belasko.

Bonne lecture.

Note de Brigitte Te : 4/5

S’adapter de Clara Dupont-Monod
Adultes

S’adapter de Clara Dupont-Monod

C’est l’histoire d’un enfant aux yeux noirs qui flottent, et s’échappent dans le vague, un enfant toujours allongé, aux joues douces et rebondies, aux jambes translucides et veinées de bleu, au filet de voix haut, aux pieds recourbés et au palais creux, un bébé éternel, un enfant inadapté qui trace une frontière invisible entre sa famille et les autres. C’est l’histoire de sa place dans la maison cévenole où il naît, au milieu de la nature puissante et des montagnes protectrices ; de sa place dans la fratrie et dans les enfances bouleversées. Celle de l’aîné qui fusionne avec l’enfant, qui, joue contre joue, attentionné et presque siamois, s’y attache, s’y abandonne et s’y perd. Celle de la cadette, en qui s’implante le dégoût et la colère, le rejet de l’enfant qui aspire la joie de ses parents et l’énergie de l’aîné. Celle du petit dernier qui vit dans l’ombre des fantômes familiaux tout en portant la renaissance d’un présent hors de la mémoire.Comme dans un conte, les pierres de la cour témoignent. Comme dans les contes, la force vient des enfants, de l’amour fou de l’aîné qui protège, de la cadette révoltée qui rejettera le chagrin pour sauver la famille à la dérive. Du dernier qui saura réconcilier les histoires. La naissance d’un enfant handicapé racontée par sa fratrie.

Commentaire de Brigitte Te

« Un jour, dans une famille, est né un enfant inadapté. » Les premières pages sont particulièrement émouvantes, décrivant le désarroi et la peur ressentis par les parents lorsque le diagnostic est prononcé. Dans ce récit, Clara Dupont-Monod montre combien la vie peut être douce dans les montagnes cévenoles où la nature est reine et apaisante. Elle nous livre trois portraits de la fratrie, criants de vérité, bouleversants de justesse. De multiples sentiments parcourent les personnages. La révolte, le repli, la culpabilité et le renoncement se manifestent. La tendresse et l’amour illuminent cette histoire terriblement poignante. C’est avec beaucoup de sensibilité, d’émotion et de pudeur que l’autrice raconte comment ces enfants ont dû s’adapter à leur frère « inadapté ». L’aîné exprime un amour protecteur, la cadette un refus et un déni, le dernier un besoin de réparation. Elle aborde aussi les difficultés rencontrées par les familles d’enfants handicapés. Cette épreuve très difficile à vivre aurait pu faire exploser la famille, elle a révélé au contraire la force de chacun.

Note de Brigitte Te : 4/5

La révérence de l’éléphant de Laura Trompette
Adultes

La révérence de l’éléphant de Laura Trompette

“Tout le monde devrait mourir ainsi. Entourée d’amour, sous un ciel clément, dans un jardin, avec un petit singe qui traîne pas loin. Mourir au coeur de la vie, avec délicatesse. Eteindre la douleur au moment opportun. Avoir le choix, le contrôle de l’interrupteur.” Marguerite est comme l’éléphant de Tanzanie : dans son Ehpad cannois, elle sent que son monde rétrécit. Elle veut tirer sa révérence, mais en France, ce choix ne lui appartient pas. Alors elle entend bien mourir ailleurs, dans la dignité. Avant cela, elle a une dernière tâche à accomplir : redonner goût à l’amour à son petit-fils, Emmanuel. Ce dernier, photographe animalier en Tanzanie, lui semble plus préoccupé par le sort des éléphants d’Afrique que par la solitude dans laquelle il s’est enfermé. La solitude, c’est aussi le lot de Roxanne, depuis qu’elle a abandonné sa carrière de joueuse de poker pour trouver un sens à sa vie. Son arrivée dans la maison de retraite de Marguerite va bousculer leur destin. Comme une valse à trois temps, un roman qui aborde avec finesse le choix de mourir, la disparition des éléphants d’Afrique et la renaissance du sentiment amoureux.

Commentaire de Brigitte Te

Trois personnages attachants, liés par le destin. De nos jours, à Cannes, Marguerite, 93 ans, a élu domicile à l’Ehpad où elle est bien entourée. Le personnel est au petit soin pour les résidents. Elle apprend que, malheureusement, ses jours sont comptés. Elle voudrait partir dignement, mais en France, ce choix ne lui appartient pas. Son petit-fils, Emmanuel, est un fervent défenseur de la cause des éléphants en Tanzanie, en voie de disparition et victimes de braconnage. Il est photographe professionnel et voudrait que soit trouvée une harmonie entre l’homme et l’animal sur la terre des Maasai au nord de ce si beau pays. Roxanne, joueuse de poker professionnelle parcourt le monde, et veut trouver un nouveau sens à sa vie. Elle revient à la maison de retraite où sa grand-mère, Hélène, a vécu. Aujourd’hui elle est décédée. Roxane, culpabilisant de n’avoir pas été assez présente, voudrait apporter des idées nouvelles en terme d’animation dans cet établissement. Une belle complicité s’installe entre Marguerite et Roxane.

Laura Trompette écrit de façon délicate et juste. Elle aborde des sujets variés et très importants : la maladie, la dépendance, la fin de vie, le milieu des maisons de retraite, la bienveillance, le sentiment amoureux et la protection des animaux. Une belle palette à méditer. Elle nous fait découvrir la réalité des paysages de Tanzanie, en fermant les yeux, on l’imagine. Un roman intergénérationnel, touchant, mêlant humour et gravité. Belle lecture.

Note de Brigitte Te : 4/5